Industrialisation : Micro5

La fraiseuse 5 axes miniaturisée « micro5 », qui est née dans les laboratoires de la HE-Arc Ingénierie, sous la direction du professeur Claude Jeannerat, va être industrialisée.
Vous pourrez, dans le cadre de la PRODEX de Bâle du 15 au 18 novembre, découvrir 3 partenaires qui se sont engagés pour la fabrication de la série 0.
Le projet sera présentée officiellement le mardi 15 novembre à 15:00 sur le stand J46 de la halle 1.1 par MECATIS SA, SAFELOCK SA et PRODUCTEC SA et sera suivi d’un apéritif.

La micromachine 5 axes développée à la Haute Ecole Arc Ingénierie a été l’une des sensations de l’édition 2016 du SIAMS. Dévoilée le 21 avril en première mondiale à Moutier, la micro 5 a le potentiel de révolutionner les moyens de production microtechnique : elle est petite, consomme peu et usine avec une rapidité et une précision exceptionnelles.

Pourquoi utiliser de gigantesques machines pour usiner des composants microtechniques ? Telle est la question qui se trouve à l’origine de la micro 5. Dans le cadre du programme thématique EcoSwissMade de la HES-SO (lire l’encadré), Claude Jeannerat et son équipe s’étaient lancé un défi : créer une machine 5 axes capable d’usiner un cube de 50 mm d’arête en consommant un minimum d’énergie, cela sans perte de qualité d’usinage.

« Les machines 5 axes utilisées pour usiner une carrure de montre, par exemple, sont des mastodontes pesant plusieurs tonnes et disposant d’une puissance installée approchant les 25 à 30 kW », expliquait Claude Jeannerat, professeur à la Haute Ecole Arc Ingénierie. « Nous avons cherché à concevoir une machine dont les dimensions seraient plus adaptées à la taille des pièces qu’elles fabriquent. Le diamètre d’une carrure de montre est inférieur à 50 mm et une puissance de 400 W suffit pour l’usiner. »

Ce sont sur ces caractéristiques techniques à fort potentiel que MECATIS SA et SAFELOCK SA ont décidé de proposer cette machine aux industriels soucieux de trouver des solutions aux défis actuels.